[Libération] Lionel Maurel : « On doit pouvoir quitter Facebook sans perdre les liens qu’on y a créés »

Pour le juriste Lionel Maurel, l’approche individualiste de la protection des données personnelles ne permet pas d’appréhender la dimension sociale qu’exploitent les grandes plateformes du Net. Il appelle à la mise en place d’un droit à la migration collective.

En 1978, la loi informatique et libertés introduisait dans le droit français la notion de « donnée à caractère personnel ». Quarante ans plus tard, l’entrée en application, en mai dernier, du règlement général sur la protection des données (RGPD) a marqué un renforcement des droits des citoyens européens en la matière. Mais nos données dites « personnelles » le sont-elles vraiment, surtout à l’ère du numérique ubiquitaire, des réseaux sociaux, de la puissance d’une poignée de grandes plateformes centralisées qui structurent largement nos vies en ligne ? A tout le moins, il est grand temps de les envisager aussi comme des données « sociales » et de trouver les instruments pour les défendre en tant que telles, répond le juriste Lionel Maurel, membre de l’association de défense des libertés la Quadrature du Net et du comité de prospective de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil). Il intervient ce vendredi à 20 heures [NDLRP, le vendredi 30/11/2018], à la Gaîté lyrique à Paris, lors d’une table ronde au festival Persona non data, dont Libération est partenaire. […]

https://www.liberation.fr/debats/2018/11/29/lionel-maurel-on-doit-pouvoir-quitter-facebook-sans-perdre-les-liens-qu-on-y-a-crees_1695042

(Source: La Quadrature du Net)
Logo